«

»

Jan 10

Disparition de l’association Mosaïque

Disparition de l’association Mosaïque, après 40 ans d’existence

 

 Devant le silence de la Municipalité, les élus d’Osons l’avenir ont demandé que le devenir de l’association Mosaïque soit mis à l’ordre du jour du conseil du 15 décembre 2016 afin qu’un débat public puisse avoir lieu.

Voici notre intervention :

Monsieur le Maire, vous annoncez en conseil privé et sur le journal municipal le transfert des trois plus grandes missions de Mosaïque à un prestataire unique « Léo Lagrange » et ceci et je vous cite «afin que l’espace Barfety rassemble la totalité des actions liées à la jeunesse sur la Ville». Quel est votre projet ?  Quel est votre objectif ? Vous annoncez l’accompagnement d’une fin de partenariat avec Mosaïque, est-ce à dire que l’association ne sera plus subventionnée ? Que la ville ne prêtera plus de locaux si celle-ci devait continuer des activités ? Que vont devenir les personnels salariés ? Et parmi eux ceux qui ont une formation à terminer ? Qui nous dit que Léo Lagrange reprendra ces trois missions ? Rien ne l’y oblige.

 

Vous annoncez dans le Dauphiné Libéré du 15 décembre 2016 deux problèmes posés par l’association :

  • l’un concerne la question financière en vous appuyant sur les observations de la chambre régionale des comptes de 2000. Elles concernent plusieurs dossiers de la Ville dont une seule, La Balancelle, qui peut être reliée à Mosaïque. Le juge pointe la place prépondérante de la Ville dans les instances décisionnelles mais n’évoque pas le même problème pour le montant des fonds publics alloués. Donc la subvention n’est pas concernée.
  • le second concerne la lisibilité sur la ville alors que Mosaïque est présente hors de son quartier : 52% de ses membres proviennent de l’extérieur de Champlong et qu’elle ne demande qu’à s’installer dans des locaux plus accessibles en centre ville.

Les missions de cette association tels que l’accompagnement à la scolarité, les ateliers socio-linguistiques et les sorties familles concernent-elles seulement la jeunesse ?

Le projet d’avenir de cette association n’a pas été évoqué, celui de la transformation en « espace de vie sociale » sur lequel Mosaïque travaillait depuis trois ans et qui n’attendait que votre accord pour se mettre en place. Va t-il se concrétiser ?

Il faut être conscient des missions que remplit cette association pour la population moirannaise et nous ne contestons pas la nécessité pour la ville de faire des économies si tel est votre objectif. Nous vous avons demandé de mettre ce sujet à l’ordre du jour afin de mieux comprendre la situation et de connaître le devenir de ses missions et du projet d’« espace de vie sociale ». Monsieur le Maire, comment envisagez-vous l’avenir ?

Alors que la convention a été validée à l’unanimité en Conseil Municipal de Février 2015, que vous avez participé cet été aux 40 ans de Mosaïque et reconnu l’association comme un acteur principal du lien social et du Vivre ensemble, vous décidez subitement cet automne de ne pas reconduire les subventions allouées, ni le prêt d’un local en 2017 sans concertation, à quelques mois de la reconduction de la convention.

Votre couperet a tranché. Il a fermé la porte à un débat qui ne s’est jamais tenu. Ce manque d’information, de communication et d’échanges génère aujourd’hui incompréhensions et inquiétudes pour ceux qui ont participé de près ou de loin à la vie de cette association, que ce soient les adhérents, les salariés, les bénévoles ou habitants de notre commune. Et ils sont nombreux !

Les objectifs qui devraient à l’évidence servir les intérêts collectifs de notre commune sont mal définis voire inconnus à ce jour. Et ne nous dites pas que rassembler un ensemble d’activités dans un même espace géographique, à l’espace Barfety, est votre objectif principal alors que c’est juste une modalité pratique de fonctionnement, à laquelle Mosaïque était d’ailleurs favorable. Ceci afin de s’ouvrir toujours plus sur la Ville au service d’un véritable projet.

C’est une absorption pure et simple que vous présentez à l’association. Ce n’est pas une véritable mutualisation, comme vous l’annoncez dans le journal municipal, qui aurait pu générer des économies et plus d’échanges entre les partenaires de ces lieux et ceux à venir, permettant de faire évoluer et d’adapter les pratiques de chacun.

Vous faites fi de notre PEL, pourtant adopté à l’unanimité en conseil municipal, auquel nous sommes censés nous référer et qui doit valider les orientations de la Ville dans les domaines concernés.

Cet acte, par ses conséquences, va bien au-delà du simple retrait d’une somme allouée. Vous remettez subitement et abruptement en question 40 années d’actions engagées auprès de nombreuses familles par les bureaux successifs, les bénévoles, les salariés offrant leur temps et leurs compétences pour développer toujours plus de solidarité et de vivre ensemble dans notre ville.

Au final que restera-t-il à Mosaïque une fois retirées ses trois principales missions ? Est-ce ainsi qu’il faut traiter les associations à Moirans et leurs bénévoles ? Comment prenez-vous en compte les trois années de travail nécessaires pour faire naître le projet d’espace de vie sociale, développé au prix d’un investissement humain et financier important et dont vous seul aujourd’hui bloquez la validation ?

Concernant le volet social, la solidarité, combien d’actions mettez-vous en place, combien d’associations soutenez-vous dans votre commune qui font le travail aujourd’hui que vous ne remplissez pas ou très difficilement ?

Trois commissions santé-solidarité en 2 ans ½ et un Centre Intercommunal d’Action Sociale encore à inventer collectivement l’illustrent bien.

Vous préférez donner les missions et le nouveau projet de Mosaïque à Léo Lagrange plutôt que de réfléchir et travailler à un nouveau partenariat Ville-Mosaïque plus abouti, ayant à cœur la naissance de ce beau projet de transformation en espace de vie sociale qui pourrait faire évoluer la question du social et de la solidarité sur notre commune et lui donner enfin la place qu’il mérite !

Pourquoi les habitants de notre commune devraient-ils faire les frais de vos manières de travailler d’un autre temps ? Monsieur le Maire vous dites que cela fait 21 ans ½ que vous œuvrez, mais concrètement, avec quelles instances citoyennes ? La question sociale et citoyenne nécessite un engagement qui va bien au-delà des mots et doit se concrétiser par des actions sur le terrain auprès des femmes et des hommes de notre commune. Personne n’est dupe de vos manœuvres politiques qui vous font tenir dans un même discours des points de vue divergents, voire diamétralement opposés.

Vous affirmez soutenir le Vivre ensemble mais vous anéantissez du jour au lendemain sans véritable raison et sans concertation une association qui œuvre en ce sens depuis 40 ans.

Être élu ne donne pas tous les droits. Aujourd’hui, Monsieur le Maire, on ne dirige pas une commune comme il y a vingt ans, sans ses citoyens, ni ses associations et ce n’est pas une question politique de droite ou de gauche. Ne nous y trompons pas, ce sont eux les forces vives de Moirans !

Vous avez refusé la mise en place d’un comité d’habitants à Léo Lagrange. Pourtant il faudra bien associer les habitants à ce projet d’espace de vie sociale que vous avez saboté et anéanti et pour lequel Mosaïque et la CAF ont dépensé temps et argent. Environ 18 000 €. Projet qui devra être remonté de toute pièce par Léo Lagrange si on veut le voir aboutir. Quel gâchis!

Nier ainsi l’investissement et le travail réalisés jour après jour ne va pas inciter les onze bénévoles de Mosaïque à aller travailler à Léo Lagrange, si à terme un espace leur était offert. Qui payera les nouveaux salariés embauchés pour remplir les missions qu’ils effectuaient ? Que vont devenir les salariés de l’association que vous aurez fait licencier ? Votre objectif est-il de faire des économies ? On peut légitiment en douter en regardant de plus près le coût réel à charge de la commune pour le périscolaire, dernier exemple en date de transfert à Léo Lagrange. Ce sont encore les moirannais qui payeront un nouveau fonctionnement, pour lequel ils n’ont pas été consultés, pour un coût supérieur, à service égal ! Pas vraiment égal car vous avez bénéficié de ses actions de prévention qui vous ont garanti la tranquillité publique pendant des années alors qu’ailleurs il n’en a pas été de même. (émeutes de 2005 par ex)

Après les activités, l’ALSH et le périscolaire, vous centralisez à nouveau chez un même prestataire des missions essentielles de notre commune qui rentrent pourtant dans vos prérogatives de maire. Prérogatives auxquelles vous dites être tellement attaché surtout quand l’intercommunalité empiète un peu plus chaque jour sur l’autonomie des communes. Et pourtant vous procédez à l’inverse : encore une incohérence !

Monsieur le Maire, Mesdames et messieurs les conseillers municipaux, nous vous demandons d’arrêter le compte à rebours, de bien vouloir reconsidérer ce dossier dans sa globalité et de mettre autour de la table l’ensemble des acteurs pour définir collectivement les objectifs, les contraintes, les perspectives et étudier les conséquences tout en travaillant sereinement et en transparence.

Nous ne contestons pas la nécessité de repenser la place de la Ville dans ce projet, de faire des économies si tel est votre objectif. Mais pas de cette manière !

Sans parler du fait que vous reprochez à Mme Nardin d’être élue et membre du bureau, comme d’ailleurs un bon nombre d’élus (ici présents) de votre majorité. Un prétexte tout trouvé et bien facile pour justifier des choix que vous n’assumez pas sous des prétextes fallacieux. Tout comme vos promesses d’embauche à Léo Lagrange qui vont concerner au mieux une personne. Trois seront licenciées.

Pour être accepté, un projet doit être expliqué, discuté et partagé avec les habitants.

Nous souhaitons que les missions de Mosaïque et la mise en place de l’espace de vie sociale soient  le projet de tous les moirannais car, Monsieur le Maire, même si vous dites ne pas vouloir vous représenter, ce sont les habitants de Moirans qui eux devront assumer vos choix et leurs conséquences dans l’avenir ».