Jan 31

Moirans, une municipalité à bout de souffle !

Moirans, une municipalité à bout de souffle !

 

 

Vendredi 13 janvier un public clairsemé assistait aux vœux insipides du maire de Moirans.

Constat : tous les projets évoqués sont conduits par le Pays Voironnais ou très largement financés par l’État.

Le Maire s’enorgueillit de ne pas augmenter les impôts communaux. Pourtant il devrait les baisser pour compenser la hausse des impôts intercommunaux suite au transfert de la médiathèque au Pays Voironnais.IMG_0001

Il prétend maintenir un budget 2017 égal à celui de 2016 pour les associations alors qu’il vient de supprimer les subventions versées à Mosaïque, entraînant de fait sa disparition.

Il demande aux associations d’être raisonnables sur les demandes de subvention ; il serait plus simple de travailler en amont sur des objectifs partagés. S’il a besoin d’un mode d’emploi, nous l’invitons à lire notre texte publié sur le site de la ville (rubrique Mairie /Vie municipale/expressions politiques).

Enfin, véritable serpent de mer…. la piscine : des paroles, mais à quand des actes ?

En résumé, une municipalité en bout de course et au relationnel difficile avec ses partenaires.

Juin 05

MESSAGE D’ACCUEIL

Le groupe « Osons l’Avenir » a créé ce site pour rendre compte de l’activité municipale de Moirans et du Pays Voironnais.

Depuis la dernière élection municipale, nous abordons ce nouveau mandat au service des habitants de Moirans dans un esprit constructif. Avec nos élus, présents et vigilants, nous n’hésiterons pas à soutenir et porter des projets qui s’inscrivent dans nos valeurs, dans le dialogue, l’écoute, la coopération. Ces derniers s’engagent à alerter les Moirannais chaque fois que l’intérêt général ne sera pas pris en compte dans les décisions municipales ou communautaires.

Ce site est une page d’informations sur ce qu’il se passe dans votre ville. Il vous offre aussi le moyen de nous joindre.

Nous sommes persuadés que l’information, l’échange, le débat, dans le respect de tous, permettent de mieux comprendre le monde qui nous entoure, de mieux connaître les autres et qu’ils renforcent notre capacité à agir ensemble.

Notre action est tournée vers Moirans et les Moirannais pour construire ensemble une ville agréable et paisible, maintenant et pour les générations à venir.

Fév 01

LE CONSEIL MUNICIPAL éjecte leur opposition du Syndicat intercommunal des équipements publics

 
Conseil municipal du jeudi 26 janvier 2017 :
 
L’opposition est éjectée du SIEP
(syndicat intercommunal des équipements publics)
rawPour pouvoir continuer à payer des indemnités conséquentes à la Directrice Générale des Services également secrétaire du Syndicat Intercommunal qui gère principalement la médiathèque, le maire et sa majorité ont littéralement éjecté leur opposition.
En effet Osons l’avenir était contre payer l’équivalent d’un jour de travail par semaine, alors que la charge de travail diminuait d’au moins 90% ;
la médiathèque basculant
au Pays Voironnais le 1er janvier raw
de cette année. 
Belle démocratie !

Jan 13

PRIMAIRES LES 22 ET 29 JANVIER 2017

LES  22  ET  29  JANVIER  2017

Vous souhaitez préserver les valeurs de la gauche

Vous refusez le duo FILLON – LE PEN

Exprimez-vous à la primaire de la gauche 

Rendez-vous pour les habitants de Moirans et St jean de Moirans

à la salle Emile Fontanet (MJC) entre 9h et 19h.

Jan 10

Armement de la Police Municipale à Moirans

Armement de la Police Municipale à Moirans

intervention de nos élus au conseil municipal au 15 décembre 2016

 

Vous nous proposez ce soir un avenant à la convention de coordination de la  police municipale avec la gendarmerie nationale. Il s’agit d’une démarche préalable mais obligatoire en vue de l’armement de la police municipale de Moirans. Une fois de plus, vous abordez un sujet particulièrement important. Pour la vidéosurveillance, ce fut au détour des demandes de subvention.

Cette fois-ci c’est par le biais de la convention de coordination avec les services de l’Etat. C’est à croire que le débat sur des questions particulièrement importantes de la vie municipale vous effraie.

Et pourtant, le temps n’aurait pas manqué pour celà car ce projet a été évoqué il y a plusieurs mois à l’occasion du Débat d’Orientation Budgétaire.

Il est évident que le métier des policiers municipaux a évolué depuis plusieurs années. Ils n’ont plus qu’une très lointaine ressemblance avec les garde-champêtres que certains ont pu connaître. C’est la raison pour laquelle il est légitime de s’interroger sur la nécessité ou non de leur attribuer un armement et plus précisément de les doter d’armes à feu.

Pour mener à bien cette réflexion et sans vous demander d’informations sur la délinquance à Moirans que vous persistez à ne pas vouloir communiquer, il aurait été souhaitable que nous puissions connaître les missions et les types d’interventions réalisés par les policiers municipaux. Lesquelles d’entre elles sont susceptibles de requérir le port d’une arme dont l’usage, il faut le rappeler est limité à la légitime défense ?

Que ce soit pour la vidéosurveillance ou pour l’armement, nous constatons une grande absente de votre discours: la prévention. En effet, elle était une des composantes essentielles du rôle des polices municipales. Il est regrettable qu’elle tende à disparaître car l’armement des policiers municipaux amènera immanquablement un changement de perception quant à leur rôle.

Certes, leur uniforme peut les désigner pour cible car certains délinquants ne s’embarrasseront pas de savoir s’ils ont face à eux des policiers municipaux, des membres de la police nationale ou de la gendarmerie. Il est évident également que le contexte général de leur travail a évolué vers un accroissement global des risques. Le fait de les armer peut à plus forte raison les désigner comme cibles et augmentera donc les dangers qu’ils encourent, sans même parler d’un vol possible de leur arme de service. A Grenoble, l’arrivée de 2 policiers municipaux sur le lieu d’une attaque à main armée n’a pas eu de conséquence dramatique car les malfaiteurs savaient avoir à faire à des policiers non armés.

Des questions se posent : par exemple, comment va être organisé le travail avec l’agent qui ne souhaite pas être armé ? Que se passera t-il si un ou plusieurs des policiers volontaires échouent à obtenir leur agrément à l’issue de la formation ?

De tout cela, nous aurions aimé débattre à partir d’éléments concrets afin de nous forger une conviction sur le fond et de dépassionner un débat où les préjugés peuvent très rapidement venir au premier plan.

C’est pour ces raisons que nous vous demandons le report de cette délibération et l’organisation rapide d’une séance de travail en conseil municipal privé sur ce thème. Des échanges d’expériences seraient un plus pour éclairer cette démarche et nous permettre de nous prononcer dans de meilleures conditions.

L’armement ne peut être aujourd’hui la seule réponse à l’insécurité ou au sentiment d’insécurité à Moirans alors que nous n’avons aucun élément de bilan ni connaissances de l’ensemble des missions. La mise en place d’une politique de prévention auprès de la population a un rôle pédagogique qui s’inscrit dans la durée contrairement à l’armement qui joue un rôle dissuasif ponctuel et dont la réponse peut provoquer une escalade dans la violence.

Jan 10

Disparition de l’association Mosaïque

Disparition de l’association Mosaïque, après 40 ans d’existence

 

 Devant le silence de la Municipalité, les élus d’Osons l’avenir ont demandé que le devenir de l’association Mosaïque soit mis à l’ordre du jour du conseil du 15 décembre 2016 afin qu’un débat public puisse avoir lieu.

Voici notre intervention :

Monsieur le Maire, vous annoncez en conseil privé et sur le journal municipal le transfert des trois plus grandes missions de Mosaïque à un prestataire unique « Léo Lagrange » et ceci et je vous cite «afin que l’espace Barfety rassemble la totalité des actions liées à la jeunesse sur la Ville». Quel est votre projet ?  Quel est votre objectif ? Vous annoncez l’accompagnement d’une fin de partenariat avec Mosaïque, est-ce à dire que l’association ne sera plus subventionnée ? Que la ville ne prêtera plus de locaux si celle-ci devait continuer des activités ? Que vont devenir les personnels salariés ? Et parmi eux ceux qui ont une formation à terminer ? Qui nous dit que Léo Lagrange reprendra ces trois missions ? Rien ne l’y oblige.

 

Vous annoncez dans le Dauphiné Libéré du 15 décembre 2016 deux problèmes posés par l’association :

  • l’un concerne la question financière en vous appuyant sur les observations de la chambre régionale des comptes de 2000. Elles concernent plusieurs dossiers de la Ville dont une seule, La Balancelle, qui peut être reliée à Mosaïque. Le juge pointe la place prépondérante de la Ville dans les instances décisionnelles mais n’évoque pas le même problème pour le montant des fonds publics alloués. Donc la subvention n’est pas concernée.
  • le second concerne la lisibilité sur la ville alors que Mosaïque est présente hors de son quartier : 52% de ses membres proviennent de l’extérieur de Champlong et qu’elle ne demande qu’à s’installer dans des locaux plus accessibles en centre ville.

Les missions de cette association tels que l’accompagnement à la scolarité, les ateliers socio-linguistiques et les sorties familles concernent-elles seulement la jeunesse ?

Le projet d’avenir de cette association n’a pas été évoqué, celui de la transformation en « espace de vie sociale » sur lequel Mosaïque travaillait depuis trois ans et qui n’attendait que votre accord pour se mettre en place. Va t-il se concrétiser ?

Il faut être conscient des missions que remplit cette association pour la population moirannaise et nous ne contestons pas la nécessité pour la ville de faire des économies si tel est votre objectif. Nous vous avons demandé de mettre ce sujet à l’ordre du jour afin de mieux comprendre la situation et de connaître le devenir de ses missions et du projet d’« espace de vie sociale ». Monsieur le Maire, comment envisagez-vous l’avenir ?

Alors que la convention a été validée à l’unanimité en Conseil Municipal de Février 2015, que vous avez participé cet été aux 40 ans de Mosaïque et reconnu l’association comme un acteur principal du lien social et du Vivre ensemble, vous décidez subitement cet automne de ne pas reconduire les subventions allouées, ni le prêt d’un local en 2017 sans concertation, à quelques mois de la reconduction de la convention.

Votre couperet a tranché. Il a fermé la porte à un débat qui ne s’est jamais tenu. Ce manque d’information, de communication et d’échanges génère aujourd’hui incompréhensions et inquiétudes pour ceux qui ont participé de près ou de loin à la vie de cette association, que ce soient les adhérents, les salariés, les bénévoles ou habitants de notre commune. Et ils sont nombreux !

Les objectifs qui devraient à l’évidence servir les intérêts collectifs de notre commune sont mal définis voire inconnus à ce jour. Et ne nous dites pas que rassembler un ensemble d’activités dans un même espace géographique, à l’espace Barfety, est votre objectif principal alors que c’est juste une modalité pratique de fonctionnement, à laquelle Mosaïque était d’ailleurs favorable. Ceci afin de s’ouvrir toujours plus sur la Ville au service d’un véritable projet.

C’est une absorption pure et simple que vous présentez à l’association. Ce n’est pas une véritable mutualisation, comme vous l’annoncez dans le journal municipal, qui aurait pu générer des économies et plus d’échanges entre les partenaires de ces lieux et ceux à venir, permettant de faire évoluer et d’adapter les pratiques de chacun.

Vous faites fi de notre PEL, pourtant adopté à l’unanimité en conseil municipal, auquel nous sommes censés nous référer et qui doit valider les orientations de la Ville dans les domaines concernés.

Cet acte, par ses conséquences, va bien au-delà du simple retrait d’une somme allouée. Vous remettez subitement et abruptement en question 40 années d’actions engagées auprès de nombreuses familles par les bureaux successifs, les bénévoles, les salariés offrant leur temps et leurs compétences pour développer toujours plus de solidarité et de vivre ensemble dans notre ville.

Au final que restera-t-il à Mosaïque une fois retirées ses trois principales missions ? Est-ce ainsi qu’il faut traiter les associations à Moirans et leurs bénévoles ? Comment prenez-vous en compte les trois années de travail nécessaires pour faire naître le projet d’espace de vie sociale, développé au prix d’un investissement humain et financier important et dont vous seul aujourd’hui bloquez la validation ?

Concernant le volet social, la solidarité, combien d’actions mettez-vous en place, combien d’associations soutenez-vous dans votre commune qui font le travail aujourd’hui que vous ne remplissez pas ou très difficilement ?

Trois commissions santé-solidarité en 2 ans ½ et un Centre Intercommunal d’Action Sociale encore à inventer collectivement l’illustrent bien.

Vous préférez donner les missions et le nouveau projet de Mosaïque à Léo Lagrange plutôt que de réfléchir et travailler à un nouveau partenariat Ville-Mosaïque plus abouti, ayant à cœur la naissance de ce beau projet de transformation en espace de vie sociale qui pourrait faire évoluer la question du social et de la solidarité sur notre commune et lui donner enfin la place qu’il mérite !

Pourquoi les habitants de notre commune devraient-ils faire les frais de vos manières de travailler d’un autre temps ? Monsieur le Maire vous dites que cela fait 21 ans ½ que vous œuvrez, mais concrètement, avec quelles instances citoyennes ? La question sociale et citoyenne nécessite un engagement qui va bien au-delà des mots et doit se concrétiser par des actions sur le terrain auprès des femmes et des hommes de notre commune. Personne n’est dupe de vos manœuvres politiques qui vous font tenir dans un même discours des points de vue divergents, voire diamétralement opposés.

Vous affirmez soutenir le Vivre ensemble mais vous anéantissez du jour au lendemain sans véritable raison et sans concertation une association qui œuvre en ce sens depuis 40 ans.

Être élu ne donne pas tous les droits. Aujourd’hui, Monsieur le Maire, on ne dirige pas une commune comme il y a vingt ans, sans ses citoyens, ni ses associations et ce n’est pas une question politique de droite ou de gauche. Ne nous y trompons pas, ce sont eux les forces vives de Moirans !

Vous avez refusé la mise en place d’un comité d’habitants à Léo Lagrange. Pourtant il faudra bien associer les habitants à ce projet d’espace de vie sociale que vous avez saboté et anéanti et pour lequel Mosaïque et la CAF ont dépensé temps et argent. Environ 18 000 €. Projet qui devra être remonté de toute pièce par Léo Lagrange si on veut le voir aboutir. Quel gâchis!

Nier ainsi l’investissement et le travail réalisés jour après jour ne va pas inciter les onze bénévoles de Mosaïque à aller travailler à Léo Lagrange, si à terme un espace leur était offert. Qui payera les nouveaux salariés embauchés pour remplir les missions qu’ils effectuaient ? Que vont devenir les salariés de l’association que vous aurez fait licencier ? Votre objectif est-il de faire des économies ? On peut légitiment en douter en regardant de plus près le coût réel à charge de la commune pour le périscolaire, dernier exemple en date de transfert à Léo Lagrange. Ce sont encore les moirannais qui payeront un nouveau fonctionnement, pour lequel ils n’ont pas été consultés, pour un coût supérieur, à service égal ! Pas vraiment égal car vous avez bénéficié de ses actions de prévention qui vous ont garanti la tranquillité publique pendant des années alors qu’ailleurs il n’en a pas été de même. (émeutes de 2005 par ex)

Après les activités, l’ALSH et le périscolaire, vous centralisez à nouveau chez un même prestataire des missions essentielles de notre commune qui rentrent pourtant dans vos prérogatives de maire. Prérogatives auxquelles vous dites être tellement attaché surtout quand l’intercommunalité empiète un peu plus chaque jour sur l’autonomie des communes. Et pourtant vous procédez à l’inverse : encore une incohérence !

Monsieur le Maire, Mesdames et messieurs les conseillers municipaux, nous vous demandons d’arrêter le compte à rebours, de bien vouloir reconsidérer ce dossier dans sa globalité et de mettre autour de la table l’ensemble des acteurs pour définir collectivement les objectifs, les contraintes, les perspectives et étudier les conséquences tout en travaillant sereinement et en transparence.

Nous ne contestons pas la nécessité de repenser la place de la Ville dans ce projet, de faire des économies si tel est votre objectif. Mais pas de cette manière !

Sans parler du fait que vous reprochez à Mme Nardin d’être élue et membre du bureau, comme d’ailleurs un bon nombre d’élus (ici présents) de votre majorité. Un prétexte tout trouvé et bien facile pour justifier des choix que vous n’assumez pas sous des prétextes fallacieux. Tout comme vos promesses d’embauche à Léo Lagrange qui vont concerner au mieux une personne. Trois seront licenciées.

Pour être accepté, un projet doit être expliqué, discuté et partagé avec les habitants.

Nous souhaitons que les missions de Mosaïque et la mise en place de l’espace de vie sociale soient  le projet de tous les moirannais car, Monsieur le Maire, même si vous dites ne pas vouloir vous représenter, ce sont les habitants de Moirans qui eux devront assumer vos choix et leurs conséquences dans l’avenir ».

Déc 10

INCOHERENCE !

INCOHÉRENCES !

 

La CAPV a adopté le paiement des parkings malgré

26 voix CONTRE.

Le Maire de Moirans a voté POUR approuvant la fermeture de 130 places du parking Coste 2 pour la tranquillité des riverains. C’est oublier les nuisances liées au maintien du parking Coste 1, au temps de passage aux barrières d’accès à ce parking, au nouveau lotissement allée du Gorgeat et aux futures habitations sur le parking Coste 2.
Rajoutons les problèmes de circulation d’une route dangereuse et mal conçue, d’un croisement avec la route du Vieux Chêne et du passage sous voie emprunté par les lycéens.

 

Preuve de l’absence d’étude sérieuse, un 3ème étage au parking silo est évoqué pour remplacer Coste 2. Amateurisme décevant qui ne tient compte à aucun moment de la concertation !

 

Le maire liquide l’association Mosaïque. Pourquoi ?

Après 40 ans de bons et loyaux services, le maire et sa majorité ont choisi de retirer subitement les subventions à Mosaïque. Prétextant la rénovation urbaine du quartier Champlong, l’association n’aura plus de local au 30 juin 2017. Alors que la Balancelle envisage de s’y installer et que Mosaïque ne demande qu’à prendre sa place en centre-ville ou à l’espace Barfety pour accueillir l’ensemble des Moirannais :
                       ✔ Il va donner à Léo Lagrange les activités de Mosaïque en plus de celles de la MJC et du périscolaire.
                      ✔ Mosaïque travaillait depuis 3 ans à un projet d’espace de vie sociale. La Ville veut le lui retirer pour l’attribuer à Léo lagrange, qui devra déposer un nouveau dossier : que de temps perdu !

Soyez solidaires, soutenez Mosaïque !

Méthode déplorable et inquiétante pour le maintien et l’autonomie des associations de Moirans. C’est trop facile de récupérer le travail réalisé !
La Ville est-elle incapable de construire et de gérer un projet pour et avec ses habitants ?
Des choix incohérents, changeants et faits sans concertation. Aucun respect des citoyens et bénévoles qui œuvrent pour mieux vivre ensemble.

 

Joyeuses Fêtes à vous et à vos proches

 
Bonne année 2017 !

Nov 13

TARIFICATION DES PARKINGS DE LA CAPV

 

TARIFICATION DES PARKINGS DE LA CAPV

Position du groupe Osons l’avenir

11 novembre 2016

Depuis la présentation de ce dossier par le Pays Voironnais, notre groupe Osons l’avenir a travaillé avec les usagers, les associations et des élus présents dans l’intercommunalité. Sa position sur ce dossier est le fruit d’une importante mobilisation. Elle a abouti à une prise de position commune et partagée qui ne se reconnait pas dans la proposition prise par la CAPV.

De notre point de vue, ce projet cumule de nombreux aspects négatifs sur plusieurs plans :

  • Une approche théorique déconnectée des attentes des usagers:            Aucune consultation préalable n’a eu lieu avant le premier vote. L’installation de la vidéosurveillance et du gardiennage ne correspond pas à une demande des usagers. Le Pays Voironnais a d’ailleurs été incapable de produire des éléments probants sur ce point. Son seul argument a été de recenser 6 actes d’incivilité sur le parking de Rives entre janvier et octobre 2016, pour des dégâts évalués à 3000 € maximum.

  • Une approche globale inexistante à l’échelle de la Région Urbaine Grenobloise.                                                                                                               La métropole propose des parkings relais gratuits à l’entrée de son territoire pour les usagers des transports en commun. Le Pays Voironnais dispose de parkings de covoiturage gratuits, pourtant il veut taxer les usagers des gares.

  • Une question de santé publique non prise en compte :                                      Éviter que des voitures ne polluent un peu plus Grenoble avec les conséquences qui en découlent sur la santé. Pour les habitants et usagers,ceci ne devrait-il pas être une de nos priorités ?

  • La question Écologique absente :                                                                           Ce projet est en totale contradiction avec la lutte contre la réduction des gaz à effet de serre par le renchérissement des coûts de l’utilisation des transports en commun qui incite à utiliser son véhicule.

  • De fausses économies :                                                                                            Les différentes simulations réalisées démontrent que la tarification n’apportera qu’un faible bénéfice au budget Transport du Pays Voironnais. Le projet pourrait se transformer en opération déficitaire si les prévisions de fréquentation (entre 75 et 100%) n’étaient pas atteintes. Pour information, Rives n’est occupé qu’à 50% actuellement alors qu’il est gratuit. Selon d’autres expériences, lorsque des parkings sont devenus payants, la fréquentation s’est effondrée (de l’ordre de 10 à 20%) avant de ne remonter que très lentement après 3-4 ans.

  • L’absence de prise en compte des réalités sociales :                                            Les tarifs envisagés (220 € à l’année) et l’absence de mesures spécifiques pour certaines catégories d’usagers (étudiants, demandeurs d’emplois, personnes à mobilité réduite, etc …) et ne tiennent pas compte de la diversité et des besoins des utilisateurs. Sans compter un tarif prohibitif de 5€ à la journée envisagé pour les usagers ponctuels.

  • Des effets collatéraux ou secondaires également non pris en compte :           Les usagers sont susceptibles de modifier leur comportement pour détourner les effets de la mise en tarification : report sur des parkings du Pays Voironnais restés gratuits, déplacement vers des parkings de la Métropole gratuits pour prendre le tram (au Fontanil principalement), stationnement sauvage ou sur des parkings non prévus à cet usage (grandes surfaces à Rives et à Moirans dans l’avenir)… Cela risque d’aboutir à Moirans par exemple à une dégradation des conditions de vie des riverains des parkings et peut être à un renforcement des interventions de la Police Municipale si la majorité décide de verbaliser les contrevenants, ce qui est tout à fait possible.

  • Les incohérences de ce projet:                                                                         Soulevées par les usagers, des associations et des élus, à la suite de la pétition lancée en début d’année, aucune des propositions émises dans le cadre de la concertation n’a été reprise par le Pays Voironnais.

           A l’occasion d’une séance de travail du Conseil Municipal de Moirans d’octobre 2016 consacrée à ce dossier, nous avons proposé à l’ensemble des élus de Moirans d’adopter une position commune. Nous n’avons obtenu aucune réponse.

C’est pour cet ensemble de raisons que le groupe « Osons l’Avenir » se positionne contre la mise en tarification des parkings des gares de Moirans et Rives.  

           En conséquence, le mardi 29 novembre, lors du Conseil Communautaire, notre conseiller communautaire Xavier PELLAT votera CONTRE le projet de mise en tarification de ces parkings.

N’hésitez pas à contacter également les autres élus communautaires de Moirans afin de connaitre leur position : Gérard Simonet, Adriano Ferrato, Marie-Elisabeth Jean et Gilles Julien. Vous trouverez leurs adresses mails sur le site de la pétition.

RENDEZ-VOUS AU PAYS VOIRONNAIS 

Venez nombreux soutenir un choix responsable MARDI 29 NOVEMBRE A 19H  :

le maintien de la gratuité des parkings !

Quelques éléments complémentaires à lire ICI notamment sur le coût et les recettes attendues de ces nouveaux parkings sans oublier le site de la pétition.

Oct 31

LA QUESTION SCOLAIRE à MOIRANS

 

Une prérogative essentielle des maires

Une politique publique nationale définit et organise l’enseignement et rémunère le personnel enseignant. La commune décide de l’implantation et de la construction des écoles. Elle entretient les bâtiments, gère le personnel de service et subventionne les activités scolaires.

La carte scolaire et l’organisation des horaires sont des compétences partagées entre État et les communes. Ainsi, Moirans est consultée lorsque l’Éducation Nationale aménage localement le temps scolaire.

Elle participe également aux frais de fonctionnement des écoles publiques ou privées sous contrat d’association accueillant des enfants moirannais.

Les choix de Moirans

Le service scolaire a pour mission d’améliorer la scolarisation. Les actions s’inscrivent dans le Projet Éducatif Local de 2011 conçu en partenariat avec les enseignants, les services municipaux, les parents d’élèves, les associations… Elles répondent aux besoins des familles et enrichissent les apports de l’école.

Le Dispositif de Réussite Éducative géré par le Pays Voironnais offre une vision globale de l’environnement éducatif incluant la famille. Il permet aux enfants en difficultés de pouvoir travailler également sur la confiance et l’estime de soi.

Horaires d’accueil : Le maire peut modifier les heures d’entrée et sortie des écoles. L’accueil des enfants en maternelle se faisait suffisamment tôt en début d’après-midi pour que « les petits » rentrant chez eux à midi puissent faire la sieste. Ce n’est plus le cas depuis la rentrée !

Gestion des ATSEM : Le maire recrute et affecte le personnel communal. Il a procédé cette année au changement de l’ensemble des ATSEM d’une école à l’autre. Combien faudra t-il de temps pour nouer un nouveau lien de confiance avec les enfants, les familles et les enseignants ?

Gestion des activités périscolaire : C‘est un service public obligatoire qui s’inscrit dans la réforme des rythmes scolaires, organisées à partir de 2013 dans le cadre du Projet Éducatif De Territoire. Pour cela la Ville avait formé ses agents. Pour l’avenir, elle choisit de procéder à une Délégation de Service Public sans garantie de formation des agents. Elle va passer un contrat avec un prestataire privé dont la rémunération est liée aux résultats.

————————————

La Ville choisit de déléguer à un prestataire privé la réalisation des repas de la restauration scolaire, l’encadrement, l’animation et la gestion des activités périscolaires… Quels partenariats restent-ils avec les acteurs locaux et les services de la ville, dont la médiathèque ? Est-ce le bon choix ?

Le budget de fonctionnement des écoles a baissé de 160 000 € depuis 2013. Alors que l’école privée s’installe dans des locaux neufs, il est regrettable qu’il n’y ait pas de projet équivalent pour l’école Simone Veil dont les locaux vétustes n’offrent pas les conditions adéquates à nos enfants pour recevoir un enseignement en toute sérénité.

Retrouvez-nous sur www.osonsmoirans.fr

Oct 12

A L’HEURE DES CHOIX

Un projet de vidéosurveillance à l’étude

Au dernier conseil municipal présentant la demande de subventions, le maire a dit : « ce dispositif n’est ni préventif, ni dissuasif ». Alors à quoi sert-il ? Sans présence sur le terrain, ni éducateur, ni police municipale, il améliore au mieux la recherche des délinquants après que le délit ait été commis.

C’est sur ce projet peu ambitieux qu’il veut engager 411 000 € 

Concernant la délinquance à Moirans, il n’y a ni statistique, ni zone identifiée. Mais seul le centre ville sera surveillé : rien sur les autres quartiers où la délinquance peut se déplacer !
Un centre de visionnage est annoncé… dans plusieurs années. En attendant, les caméras enregistreront des images peu ou non exploitables et personne pour les visionner, zoomer ou identifier les coupables.

Le maire, contre toute logique persiste dans son projet de vidéosurveillance bien qu’une décision juridique récente pointe son illégalité. Alors à quoi sert une subvention qui sortira de toute façon de la poche des contribuables pour un projet inadapté, illégal et inefficace ?

Un service scolaire délaissé

La majorité dit « les affaires scolaires sont un service protégé que l’équipe municipale a choisi de maintenir à un niveau élevé ».

Pourtant le budget de ce service a perdu 160 000 € en 3 ans ! Les activités périscolaires seront déléguées à un prestataire privé pour un coût inconnu à ce jour et sans garantie de qualification du personnel encadrant les enfants.

Les parents d’élèves sont de plus en plus mécontents. En réponse, la Ville ne reçoit que deux d’entre eux pour leur expliquer qu’ils ne comprennent pas la situation et qu’ils n’ont pas à s’inquiéter.

Il serait plus opportun pour le bien de nos enfants de travailler conjointement avec toute la communauté éducative en organisant des rencontres constructives.

Comme le dit un citoyen moirannais : « Mieux vaut un bon projet pas subventionné qui a du sens plutôt qu’un mauvais projet subventionné ».

Sep 06

Communiqué du groupe Osons l’avenir

 

 

“Les élus d’Osons l’avenir demandent que soit retirée du journal municipal d’août 2016 la phrase précisant que le conseil municipal approuve à l’unanimité un nouveau règlement intérieur de l’accueil périscolaire alors que nous nous sommes prononcés contre en commission et que nous avons quitté le conseil en raison du refus du maire de respecter la loi dans la délibération précédente. Nous n’avons donc pas pu voter cette délibération”.

Articles plus anciens «